Nathalie DOYEN

info


PDF

Ce qui m’importe, c’est le processus : j’ai toujours travaillé l’argile posément en cherchant la tranquillité, mais maintenant, je vais au-delà. La lenteur de mon tempo devient une démarche en soi. Ainsi, au quotidien, par séances de 2 à 6 heures, mon rythme de travail s’avère agréable, méditatif voire hypnotique. J’intègre le ralenti, il a sur moi une incidence  bénéfique.

Très souvent, les personnes qui observent mes sculptures céramiques disent être interpelées, remuées, comme subjuguées par ce que ces pièces dégagent ; la sensation d’un temps feutré, le temps dense et unifié, dont tente fâcheusement de nous dépouiller une société consumériste, concurrente, hyperactive, aveuglée par l’avoir.

Cela étant, en termes de langage plastique, la lenteur de la mise en œuvre et le recouvrement de la pièce, progressant de millimètre en millimètre, me conviennent parfaitement. Je peux dès lors composer attentivement  un rythme sensible et des textures  délicatement nuancées. 

Je cherche à ce que la pièce retienne mon regard, qu’elle soit parcourue d’un souffle, d’une « sonorité ».


6 images
Espace intérieur - grès et porcelaine coloré aux oxydes et pigments, 1200°C - 44 x 42 x 42 cm - 2016
Terwe - grès blanc et noir, 1200°C - 15 x 14 x 14 cm - 2015 - Photo : 
Vincent Thimsonnet
Over there - grès coloré aux oxydes et pigments, 1200°C - 
36 x 24 x 19 cm - 2014 - Photo : Vincent Thimsonnet
Elles se verraient dès lors délitées - grès coloré aux oxydes et pigments, 1200°C - 23 x 18 x 14 cm - 2017
Trésor - porcelaine, 1200°C - 6 x 4 x 3 cm - 2018
Un marteau au fond du garage - porcelaine colorée aux oxydes et pigments, 1200°C - 22 x 22 x 12 cm - 2016
Inscrivez-vous pour être tenu au courant de nos activités